Librement adapté de Benoni de Knut Hamsun
Conception, adaptation et mise en scène Adrien Barazzone
Co-mise en scène Barbara Schlittler
L’Homme de dos

Reprise

Automne 1940. Dans le nouveau studio d’enregistrement du Boulevard Carl-Vogt, la troupe de Radio-Genève apprend les b.a.-ba de la radiophonie. Elle interprète pour les ondes une adaptation de Benoni, roman du Norvégien Knut Hamsun – prix Nobel de littérature –, qui raconte l’histoire d’une passion amoureuse en bord de mer corrompue par l’argent. En 1870, dans un hameau de pêcheurs, amour et libéralisme sont déjà les deux faces d’une même pièce. 
 
Entre théâtre radiophonique et satire en carton-pâte, D’après mélange les temps, les voix et les accents : des époques en miroir qui font écho à la nôtre. Sur scène, les acteurs et les actrices passent avec finesse d’une histoire à l’autre, et leur jeu piquant épingle avec humour nos molles audaces et nos secrètes vénalités.

Jetant son dévolu sur un auteur ambigu – romantique et réactionnaire –, dont la langue rugueuse rappelle celle de Ramuz, L’Homme de dos affirme son goût pour les humanités bien trempées, laissant toutefois s’échapper, ici ou là, un souffle quasi spirituel ­– un vent bienfaisant.

Jeu et collaboration à l’écriture Alain Borek, Marion Chabloz, Mélanie Foulon et David Gobet

Librement adapté de Benoni de 
Knut Hamsun
Traduit par 
Régis Boyer
Conception, adaptation et mise en scène 
Adrien Barazzone
Co-mise en scène et collaboration à l’adaptation
Barbara Schlittler
Scénographie 
Hélène Bessero et Tom Richtarch

Costumes 
Maria Muscalu
Collaboration costumes
Julie Chenevard
Création son 
Clive Jenkins
Création lumières 
Vincent Scalbert
Régie lumières
Stéphane Charrier
Administration 
Christèle Fürbringer


Mercredi et vendredi à 20h
Jeudi et samedi à 19h
Dimanche à 17h

Dès 14 ans

Durée 1h55

Vendredi 17.06, à 20h
Représentation proposée en audiodescription

En partenariat avec Dire pour Voir

Coproduction 
L’Homme de dos
Théâtre du Loup

Soutiens 
Ville de Genève, Loterie Romande, SIS – Fondation suisse des artistes interprètes, Fondation Ernst Göhner, Pour-cent culturel Migros, Les ami.e.s de L’Homme de dos

Avec le soutien du 
Centre Knut Hamsun, Hamarøy

Remerciements 
Solvej Dufour Andersen, David Rufenacht, Arsenic – Centre d’art scénique contemporain, Rossella Riccaboni et toute l’équipe du Théâtre du Loup, Christian Geffroy Schlittler et Lionel Baier

Tournée 2022
Nuithonie (Fribourg), 12 mai
Théâtre de Valère (Sion), 14 et 15 mai
Usine à Gaz (Nyon), 19 et 20 mai
Théâtre du Passage (Neuchâtel), 24 mai
Nebia (Bienne), 2 juin

« D’après » a été sélectionné dans la short list Panorama 2021 de la Rencontre du Théâtre Suisse.

Revue de presse

« Un petit bijou, D’après l’auteur norvégien Knut Hamsun. »
Critique de Katia Berger pour La Tribune de Genève, 30.10.2020

« C’est la belle surprise de la rentrée. »
Critique de Thierry Sartoretti pour RTS Culture, 30.10.2020

« Une mise en scène par et pour les acteurs. »
Adrien Barazzone, invité du 12:45 / Interview de Barbara Schlittler pour la RTS, 29.10.2020

« Sous le charme, on l’est comme nos grands-parents, à l’époque du théâtre à la radio. »
Critique d’Alexandre Demidoff pour Le Temps, 29.10.2020

« Un hommage aux voix, au pouvoir du son, et […] une histoire […], celle du roman norvégien Benoni, de l’écrivain Knut Hamsun, […] racontée par les quatre excellents Alain Borek, David Gobet, Mélanie Foulon et Marion Chabloz […]. »
Chronique de Thierry Sartoretti dans l’émission Vertigo, sur RTS – La 1ère, 28.10.2020

« A découvrir sans délai […], avec un burlesque ouaté, la pièce met malicieusement en abîme la fable, les comédiens et leurs personnages. Non sans offrir un pertinent éloge au théâtre radiophonique. »
Critique de Bertrand Tappolet pour Le Courrier, 27.10.2020

« (…) une expérience à vivre, à voir et à entendre avant tout. »
Critique de Fabien Imhof pour La Pépinière, 26.10.2020

« Ode à la radio, au théâtre, au passé… D’après est un peu de tout cela. Mais surtout et avant tout, une ode à l’imagination. Fermez les yeux et écoutez : vous allez voyager. »
Critique de Magali Bossi pour La Pépinière, 26.10.2020

« Au final, ce qui me reste en tout et pour tout, c’est ma bonne volonté. »
Portait d’Adrien Barazzone dans Le Matin Dimanche, 18.10.2020

« L’interrogation qui traverse la pièce focalise (…) sur les acteurs. Ont-ils, ou pas, à travers leur art, le pouvoir d’agir sur le monde ? Ou du moins de le comprendre ? »
Interview d’Adrien Barazzone pour leprogramme.ch, 15.10.2020

Teaser vidéo

Photos

Photos : © Rebecca Cosne / © Nicolas Dupraz